Développer l'agilité

PROJET 7 : ELABORER LA CARTE RESEAU DE LA PROMOTION

Il s’agit de créer du lien entre le territoire, les entreprises, les élèves et la profession.

CONSULTER LE PROJET 7

PROJET 8 : LA FABRIQUE DE L'AGILITE PAR LES FUTURS TALENTS

Au cours de leur formation, les élèves développent leur agilité en se formant non seulement par et avec l’apprentissage de nouveaux savoirs, mais aussi à des compétences transverses via l’organisation d’un événement.

L’enseignant définit les objectifs pédagogiques de l’événement à organiser, et les élèves travaillent sur les contenus, l’aspect logistique & la mise en œuvre de ce dernier.

CONSULTER LE PROJET 8

PROJET 9 : L'EVENEMENT SOCIAL

La formation doit permettre aux élèves de faire eux-mêmes l’apprentissage du savoir. L’objectif est de leur permettre de capter des tendances et de se mettre en gestion de projet. Ce dernier met en valeur la cohérence de la formation reçue autour de l’axe « Comment améliorer le bien-vivre dans sa ville ? ». Il va de bien l’étude de besoins que le prototypage et l’expérimentation et s’articule autour de 4 étapes : inspiration, introspection, actions et valorisation.

CONSULTER LE PROJET 9

ENJEU STRATÉGIQUE

image developper l'agilitéLes changements actuels annoncent un monde de flux, qui se caractérise par la vitesse, la volatilité et les réseaux. Ils impliquent de repenser les organisations et le management, vers plus d’agilité.

Comme l’innovation, ce défi de l’agilité est accessible aux PME et PMI, qui disposent déjà de circuits de décision courts et savent être flexibles.

Les entreprises doivent se doter de nouvelles capacités, dans quatre directions : l’Usine du futur, l’adaptation à l’inconnu, les modes collaboratifs, le multi-générationnel.

L’organisation reconfigurée

Un atelier spécifique du Think-Tank a été consacré à l’Usine du futur (cf chapitre suivant). Notons dès à présent quelques unes de ses caractéristiques, qui vont de pair avec une plus grande agilité des opérateurs : automatisation très poussée, grâce à la robotique et à l’informatique industrielle ; personnalisation en grande série ; objets connectés ; production distribuée (réduction de la distance entre sites de production et consommateur final) ; montée en compétences et en autonomie des équipes…

L’adaptation à l’inconnu

Le monde de demain est fait d’incertitude et rend les exercices de planification de plus en plus difficiles. On ne prévoit plus mais on surfe. La rapidité remplace l’excellence. Face à cette complexité croissante, des compétences nouvelles sont requises : intelligence des situations, approche par scénarios, anticipation, adaptation, résilience…

Les modes collaboratifs ouverts

L’accélération des technologies et des procédés, les coûts de développement, l’hyperspécialisation, renforcent les interdépendances entre acteurs économiques : clients et fournisseurs, consommateurs et industriels, chercheurs et ingénieurs, collectivités et pôles de compétitivité, concurrents mais partenaires, tous coopèrent, en mode projet ouvert, aidés en cela par les nouveaux outils collaboratifs et de travail à distance offerts par les technologies numériques et électroniques. Ces nouveaux modèles renouvellent la notion même d’entreprise et de management, avec plus de capillarité (l’entreprise déborde de ses murs) et de transversalité (autorité de compétence plutôt qu’autorité hiérarchique).

Le multi-générationnel

Les entreprises vont devoir concilier le prolongement probable de l’activité des seniors avec le nécessaire renouvellement générationnel, alors même que le secteur industriel peine à attirer les jeunes. L’entreprise performante aura une vraie stratégie d’attractivité et de transfert des connaissances. Elle saura faire cohabiter et coopérer trois générations. En lien avec le monde de l’enseignement et de la formation, elle sera une entreprise apprenante (« apprendre à apprendre »). Elle veillera à prendre en compte les usages (défis, valeurs…), aspirations (i.e. équilibre vie personnelle / professionnelle) et réseaux de ses jeunes collaborateurs.

TRAVAUX

Proposer des projets pédagogiques qui permettent de développer chez les jeunes de 2030 l’agilité professionnelle.

graph agilite

L’ATELIER

Lieu d’échange et de réflexion, l’atelier permet de créer et partager sous la forme de groupes de travail des pratiques pédagogiques innovantes. Sa vocation est de produire des pistes pédagogiques nouvelles, en cohérence avec les orientations du Think Tank.

photo 1 atelier 3

Ces pistes concrètes, traduites sous forme de contenus (objectifs pédagogiques) et de méthodes (formats pédagogiques) constitueront une « boite à idées » pour des appels à projets nationaux ou européens et des projets expérimentaux et une plateforme d’échange avec les différents acteurs concernés par la formation.

L’EQUIPE DE L’ATELIER

photo 2 atelier 3

– Maryline BOISBOURDIN, responsable qualité, ISPA, Alençon
– Josiane MASSON, responsable d’activités CEDEVE (Centre de Développement des Entreprises), ITECH, Lyon
– Denis MILLET, inspecteur en charge des formations des enseignants
– Audrey NOBLE, chargée de mission Formation Initiale, Apprentissage et Mobilité européenne, Fédération de la Plasturgie et des Composites, Levallois Perret
– Isacco SENO, responsable, Observatoire paritaire des métiers de la Plasturgie, Saint Mandé
– Olivia VERGER LISICKI, fondatrice Qamaqi (accompagnement processus innovation), Paris